Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 21:32

"Alors, pour moi, la capitale européenne, son parlement, ses bureaux, sa flotte de guerre et ses avions de chasse doivent être installés à Charleroi, pays que je préfère.

Boulevard Tirou, ça rime avec "centre de tout" et il faudrait quand même, un jour, redonner à ce millénaire boulevard la noblesse qu'il exige.

Et trêve de dépenses tapageuses et langagières... Que l'on se mette au wallon (le carolo uniquement, et pas sa pâle copie liégeoise, encore moins la namuroise, qui n'est rigolote que sur un front, celui du débit).

A Charleroi, il y a tout ce dont peut rêver un fonctionnaire européen fatigué et ballonné par tant de travail ; la verdure, les gares et aéroports, la bière et les bières, le marsupilami joli, la viniculture sur tas de charbon, la piste de ski sur tas de charbon (c'est fou ce qu'on peut faire sur un tas de charbon!), des femmes d'ouvrage sous-payables, une architecture sublime et préservée (pour ça, le maïeur, c'est un connaisseur...), une stabilité politique locale sans égale et des quartiers tout rouge avec des dames.
Alors, à côté de ça, que pèsent le sort des petits vieux et des places de crèches ? Tripette..."

Robert Wé

together2light.jpg
Photo : le maïeur et 2 femmes d'ouvrage (éd. Marsu, 2006)

Repost 0
Published by frederic kroutchev - dans frederic-kroutchev-space-center
commenter cet article
29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 12:56
"Mon frère est fou…
« Banal », me direz-vous… Pas tant que ça !
Hier, au cours d’une manifestation safran, il s’est rasé le crane, par solidarité…
Pis, ses vêtements jetés dans la Yourte, il s’est drapé d’une couverture jaune-orange-tachée, gracieusement fauchée chez Emanus.
Pour rouler en Harley, fringué comme ça, ça tient de l’exploit...
Ma mère composait déjà le numéro du psychiatre le plus proche, et mon père cassait rageusement, mais méthodiquement, tous ses coquetiers bien rangés, quand on a entendu le bruit…
Arrivait la Wendy, l’amoureuse du frérot, fière de sa wazutaki 876, injection en V, décorée à la gloire du roi Albert et kittée bruyante (Gueuladox C65v, sur commande)… Elle aussi, rasée et drapée orange-sale, un sourire bête sur les lèvres.
Ma mère a hoqueté et lâché le téléphone. Mon père a ajouté à sa destruction systématique l’arrachage et le mâchage des plantes vertes et le lancer de vase… Ambiance !
En guise d’explications, ils se sont tous les 2 lancés dans un discours confus, mêlant les mérites des 2 roues et la révolution par les cheveux, le package entrecoupé d’un insistant et récurrent « maman, fais nous des frites ».
Ensuite, comme d’une seule femme, ils se sont assis et vautrés dans le canapé-cuir tout neuf et ont entamés une lutte à mort sur playtendo, lui, assumant le rôle du robot « Botox » (il se regonfle à volonté), elle, celui de la nymphette criarde qui montre sa culotte quant elle fout la pâtée à l’adversaire.
Ma mère et moi, on était là comme si on n’était pas là, la bouche ronde, coincé entre un combat apocalyptique et une séance sadomaso de la santé par les plantes…
Alors, sans un regard l’un pour l’autre, en parfait accord, on est allé à la cuisine, et on a fait des frites."
J.H.M. De L.B.D.C.

together2light.jpg
Photo : moine et moniales en colère, agence tass (2007).
Repost 0
Published by frederic kroutchev - dans frederic-kroutchev-space-center
commenter cet article
22 septembre 2007 6 22 /09 /septembre /2007 16:05
"Ah, morne plaine…
Je me baladais, et je m’emmerdais. 
Je sais, c'est pas poli de s’exprimer ainsi, mais ça décrit plutôt bien, à défaut de faire lisse.
J’attendais que quelque chose se passe... N'importe quoi !
Un avion (gros de préférence) qui vole bas, très bas, si bas, je peux voir les visages affolés aux hublots...
Une météorite, fumante et éclatante, qui s‘écrase non loin de là, qui secoue le sol et m’oblige au retour à quatre pattes...
La naissance d’un volcan, en pleine plaine, les oiseaux affolés, les médias qui se bousculent autour de moi, premier témoin de la scène...
Une tornade au loin, ça doit être si beau, qui joue avec les voitures et les vaches (y’a plein de vaches, dans les mornes plaines…), qui hurle et gifle, les oiseaux, les médias, moi...
Un tsunami gigantesque, qui s’avance comme un mur hollywoodien, qui engloutit les villages et les vaches (y’en a tellement…), moi...
La bombe triple grand H, qui aveugle, dévaste et atomise, villages, plaines et vaches (des blanches tachetées de noir, pour la plupart)...
...
Rien…
Rien de rien…
Alors j’ai pèté, le plus fort possible, et ça m’a fait rigoler… C’était déjà ça !"

together2light.jpg
Photo : savants atomistes profitant d'un répit météo (Bierset, base Robert, 2007)
Repost 0
Published by frederic kroutchev - dans frederic-kroutchev-space-center
commenter cet article
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 13:47


"Homme 45 ans cherche femme 22-24 ans, 1m76-1m78, 45-45.5kg, forte poitrine défiant la pesanteur, blonde « Yougui » (Dessonges products, n°56b), yeux bleus-verts (catalogue Gontier, ref.colori:C56FR45), épilation intégrale laser, hauts talons greffés, cambrure tatouée d’un « My God, Ô Robert, My God », pas d’études supérieures (légère préférence pour le secondaire technique orientation arts du ménage et de la maison bien tenue), cuisinière accomplie, instinct maternel développé (Homme 45 ans a 2 beaux garçons de 18 et 21 ans), ne supportant pas la poussière, soumise, perverse et muette".

Robert, 45 ans, tendre et attentionné.

together2light.jpg
Photo : "Allons regarder les papillons" (Michel Dejeneffe,acrylique, 1966, avec l'aimable authorisation du MOMO)

Repost 0
Published by frederic kroutchev - dans frederic-kroutchev-space-center
commenter cet article
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 18:19
« Aujourd’hui, notre prof de religion n’a pas été très sympa.
Non seulement, il se la joue (il adore faire des effets sur l’estrade et secoue ses fesses quand il écrit au tableau), mais en plus, il nous parle de Jésus et de son amour-gentil, et nous oblige à écouter Jean-Jacques Goldman, pieds nus sur les bancs, yeux fermés, pour méditer les paroles du sage ; c’est au-dessus de mes forces, et le reste de la classe n’en pense pas moins.
Alors, à la récré, on a décidé d’agir, et de se venger…
On a bien pensé aux punaises ou à la colle forte sur la chaise, mais il est tout le temps debout, et si c’est en effet très rigolo, ça ne dure qu’un temps.
On a évoqué brièvement le sitting ou l’absence générale, mais c’est dangereux pour nos carrières de futurs puéricultrices au chômage.
On a même fantasmé grave sur les prouesses des technologies nouvelles, imaginant une projection à source indétectable d’un film porno bulgare (des spécialistes en matière de gore-sexe, du gros et de la grosse, du poil partout et une grossièreté vulgaire aussi forte que le cuirassé potemkine, c’est tout dire…), et là aussi, le groupe n’était pas chaud. 
Non pas qu’on déteste les films bulgares, ils feraient plutôt partie de nos préférés, mais on soupçonne que ce genre de films lui plaise aussi.
Bref, on a envisagé des tas de trucs, tous plus tordus les uns que les autres, et on peinait à la tâche-imagination débordante.
La solution était sous nos yeux, et on n’y pensait pas, évidente, claire, lumineuse…
Oui, c’était sur de sur, il nous fallait seulement… »
 
Page à moitié calcinée, retrouvée ce septembre 2007 dans une armoire d’une classe de l’institut Saint Servélemy.

together2light.jpg
Photo : enseignants surveillant, armés, la récré.
Repost 0
Published by frederic kroutchev - dans frederic-kroutchev-space-center
commenter cet article
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 19:23
En Belgique, on a inventé le compromis et l’architecture.
Bien sur, tout ne va pas toujours sans heurts. Mais dans le fond, on s’aime plutôt bien.
Là où ça se corse, c’est quand les gauchos donnent de la voix.
Un exemple ; j’habite à Liège (qu’on appelle entre nous le Miami belge, le vice en plus), et des architectes de renommées mondiales construisent des tours, et même de jolies tours.
Flamboyantes et délicates, elles s’intègrent à merveille dans cet environnement champêtre.
Elles donnent aussi à Liège cette mise superbe qui sied à des villes telles que Rome, Londres, New York où Andennes. 
Elles font de nous des citoyens du vrai monde, celui de Christo et d’Adamo, d’Armand et de M. Kozy. 
Elles nous rendent fiers et dignes, tout prêt à accueillir Paola au doux son des célèbres Cornemuses Outremeusiennes.
Et voilà pas que les pierreux rouspètent, geignent et tapent du pied, pas contents du tout du peu d’ombre qu’on va jeter (humainement) sur leur rue mi-trotskyste, mi-reindersienne… Déjà qu’ils sont tous devenus propriétaires à vils prix (les gauchos sont de ce point de vue des pointures), ils osent le mécontentement.
Et puis, qu’est-ce qu’ils font, eux, pour la ville ? A part faire des plans d’architectes bios de maisons en bois qui tournent toutes seules, où rouler des 5 feuilles jusqu’à épuisement des stocks? Hein ? Rien !
Les pierreux, c’est rien que des chiants…
 
Un grand (un peu fort) qui est soulagé d’avoir vidé son sac.

together2light.jpg
Photo : Willy, la femme à Didier et une tourneuse -fraiseuse (Agence Perron)
Repost 0
Published by frederic kroutchev - dans frederic-kroutchev-space-center
commenter cet article
4 septembre 2007 2 04 /09 /septembre /2007 16:31
"Je ne supporte pas que qui que ce soit me mette en tête une chanson à la con qui me perturbe la journée durant…
Ce matin, je me promenais sur les quais de la Yourte. Michel Sardou fredonnait « Ne m’appelez plus jamais France » en continu dans ma large boîte crânienne, et ça commençait doucement à me courir… 
Avec un succès relatif, je parvenais à faire taire ce génie de la chanson française. Mais je m’en rendais bien compte ; il fallait y aller tout doucement, ne pas brusquer le mental…
Après une heure de laborieux exercices intra-craniens, le succès était au rendez-vous. J’étais tout fier de moi et de ma psyché à toute épreuve ; résister à Sardou plus d’une matinée, c’est plus fort que fort, c’est castard. 
Tout sourire, je poursuivais ma marche et laissait mon regard s’attarder sur les multiples beautés côtoyant ce cours d’eau noble et froid…
C’est alors que je la vis, de loin, de très loin. Elle avait cette silhouette de reine d’Espagne, le dos cambré sur un vélo sicilien (et donc volé), un port de noblesse cool, magnifique…
Elle pédalait très bien, ce qui, chez une femme, ne cesse de me surprendre…
Elle se rapprochait... A moins de 10 mètres de moi, je l’entendis… Elle sifflotait gaiement, sur l’air de « tou tou you tou », version Véronique et Davina… 
Lorsqu’elle fut à ma hauteur, impossible de me contenir ; je l’ai balancé à la flotte sur l’air du tradéridéra…"

together2light.jpg
Photo : Véronique, Davina et l'étalon sicilien (bords de Yourte, 1999).
Repost 0
Published by frederic kroutchev - dans frederic-kroutchev-space-center
commenter cet article
29 août 2007 3 29 /08 /août /2007 20:45
"Je vous écrit pour vous dire toute mon admiration pour Monsieur Kozy. 
Je sais que ça passera pas à l’antenne de votre journal, mais je m’en fout. Des comme vous, j’en bouffe tous les jours, et je digère vachement bien.
Oui, M. Kozy, il a des idées, des vraies, des bonnes, des qu’on aurait du avoir depuis belle lurette.
D’abord, cette toute bonne idée d’apprendre à tous les francs que Constantinople est bourrée de Viagra. Ca aide peut-être pas à trouver du travail, mais ça rend moins con, ce qui est bien !
Et puis, cette autre idée (encore une bonne) d’être rémunéré à l’effort à partir de 3 ans ; enfin une génération qui aura les moyens de ses ambitions, qui pourra choisir entre le courage d’accepter des stages jusqu’à 72 ans (je ne sais pas pourquoi 72 ans, mais je fais totale confiance à M. Kozy) ou la lâcheté de l’exil (« si t’aimes pas les francs, va grouiller ailleurs », vœux de noël de M. Kozy, capitale des francs, 2007).
Enfin, et je pense que c’est la meilleure, le Quota ; des blancs dans les hôtels, des bronzés sur les chantiers et des noirs dans les caves des supermarchés, pédalant pour assurer la chaîne du froid, le tout bien calculé, réparti et humain.
Oui, vive Monsieur Kozy, vive les francs, et que ça dure !"

Monsieur Honhon, de Brève la vinarde.

together2light.jpg
Photo : Monsieur Kozy et 2 employées, visiblement étrangères (service de presse du Lysée, 2007)

Repost 0
Published by frederic kroutchev - dans frederic-kroutchev-space-center
commenter cet article
29 août 2007 3 29 /08 /août /2007 08:57

 

« Les enfants sont vraiment très chiants…
Dès le lever, ils veulent leur dessin animé, toujours le même, et ça, des semaines, voire des mois durant… Je n’en peux plus ! Marre de Kirikou, du Géant de fer ou des chats et souris qui se poursuivent sans cesse, sans que l’un bouffe l’autre une bonne fois pour toute.
Cette nuit, j’ai rêvé du Roi Lion ; m’accusant d’indifférence face à ses malheurs, il voulait ma peau comme trophée, et accessoirement comme couverture pour les soirs d’hiver africain, à vrai dire très froids. Je crois lui avoir répondu qu‘en effet, ses déboires avec les hyènes m’ennuyaient profondément, et que si ça n’était que moi, il pouvait crever misérable dans son exil de coupable. Oui, coupable il était, coupable des 127 diffusions forcées dans mon salon joli, co-coupable avec mon sale mioche de 3 ans qui fait la loi télé…
Mais tout ça ne va pas durer, je vais me rebeller...
Faites des enfants, qu’y disait ! Putain de mômes… »

Un père désabusé et cruel par nécessité.

together2light.jpg
Photo : Cat, Mano et moi, en train de comploter (thème du jour : comment mettre du théralène dans la nourriture des enfants sans qu'ils s'en aperçoivent)
Repost 0
Published by frederic kroutchev - dans frederic-kroutchev-space-center
commenter cet article
25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 02:32

« LE roi Albert serait parti dans sa résidence de Moscou, avec le service en or de Baudoin et les clinches des portes du Palais, toutes plaquées argent...
Y paraitrait même qu'on l' a aperçu dans le macdo de la place rouge, flanqué de sa femme et des deux gamins ; il y aurait pris une bière et aurait longtemps soupiré, la tête dans la main libre.
Maintenant, je sais pas... C'est pas moi qui l'a vu. C'est Robert qui l'a su d'un client qui l'avait lu.
Quant même, Nôs Albert, buvant de la bière russe et tiède, c'est dur... »
Mario, de Gedinnes.

together2light.jpg
Photo : vu sur le pas de tir, les 2 princesses et un gogo-danceur.

Repost 0
Published by frederic kroutchev - dans frederic-kroutchev-space-center
commenter cet article